Le Cendre (63) – Oppidum de Gondole

Chapitres I à V issus de l’Article publié dans “L’Archéologue Archéologie Nouvelle n° 95 avril – mai 2008″ qui nous a aimablement autorisé à le reproduire. Les données présentée à partir du chapitre VI correspondent à des synthèses par année de fouille

I – Présentation

Le site de Gondole (commune du Cendre) est, des trois oppida arvernes localisés au sud du grand bassin clermontois, celui qui reste le plus mal connu du grand public et de la communauté des chercheurs.

L’oppidum de Gondole à la confluence de l’Allier et l’Auzon (S. Foucras / ARAFA)

L’oppidum de Gondole à la confluence de l’Allier et l’Auzon (S. Foucras / ARAFA)

Pourtant, dès le XIXe siècle, il y est fait mention de découvertes surprenantes qui étaient considérées, jusqu’à la reprise récente des recherches, avec beaucoup circonspection. Ainsi, P.-P. Mathieu, érudit local qui suivait de près les travaux liés à la voie de chemin de fer construite à proximité immédiate du site, dit avoir vu « un squelette humain, la tête coiffée d’un casque d’airain », d’un « puits de 2 m de diamètre remplis de pierres mêlées à des ossements de chrétiens » ou encore d’une « fosse de 12 par 12 pieds remplis d’ossements de chrétiens mêlés à quelques os de cheval ».

II – La redécouverte du site

L’identification du site à un oppidum gaulois est finalement récente puisqu’on la doit à une prospection réalisée dans les années 1980 à l’intérieur du site (J. Collis). C’est également à cette époque que l’attribution à la période protohistorique a été proposée pour l’imposante fortification qui protège le site.

Les premiers travaux d’envergure n’ont été réalisés qu’au début du XXIe siècle, à l’occasion d’un projet routier et urbain. Une opération de diagnostic archéologique, conduite entre 2002 et 2005 (U. Cabezuelo, INRAP), a concerné toutes les parcelles situées en avant de la fortification et se trouvant à l’ouest de la voie de chemin de fer, soit un espace d’environ 45 hectares. Ces sondages systématiques ont révélé que, loin d’être fantaisistes, les descriptions faites au XIXe s. relatant la découverte de vestiges funéraires quelque peu inhabituels, renvoyaient bien à une réalité archéologique. Cette opération a également montré, que loin de se limiter au seul espace fortifié, l’occupation laténienne débordait très largement à l’extérieur de l’oppidum.

Rempart et talus. Soit 4a : la voie de chemin de fer passe sur le bord du fossé ; 4b : sondage dans le fossé, le rempart est à droite, la pelle fait plus 8 m de long (Y. Deberge, ARAFA)
Rempart et talus. Soit 4a : la voie de chemin de fer passe sur le bord du fossé ; 4b : sondage dans le fossé, le rempart est à droite, la pelle fait plus 8 m de long (Y. Deberge, ARAFA)

Depuis 2005, une opération de fouille programmée est conduite, plus à l’est, immédiatement aux abords du fossé défensif de l’oppidum (Y. Deberge, ARAFA). Débutée par une campagne de reconnaissance archéologique portant sur 3 hectares, la zone de fouille se concentre finalement sur un secteur de 5 000 m² à forte densité de vestiges, l’objectif étant de compléter les informations apportées par les travaux préventifs notamment en caractérisant le mode d’occupation de cet espace situé en dehors de l’espace fortifié.

Ces observations de terrain, cumulées à celles obtenues par prospection aérienne, méthode de repérage des vestiges particulièrement efficiente sur ces terrains alluviaux, attestent, chose rarement observée sur les oppida de Gaule interne, d’une occupation qui déborde largement de la seule zone fortifiée. Au total, la surface occupée par l’oppidum et ses abords à la période gauloise est de 70 ha, soit une surface équivalente à celle des proches voisins de Corent et de Gergovie.

III – Organisation de l’occupation laténienne

Étendue de l’occupation laténienne et fonctionnalisation des espaces 
(Y. Deberge, ARAFA)
Étendue de l’occupation laténienne et fonctionnalisation des espaces
(Y. Deberge, ARAFA)

L’oppidum est implanté à la confluence de l’Allier et de l’un de ses affluents, l’Auzon. Ces deux rivières ont dégagé un éperon qui surplombe d’une vingtaine de mètres leurs lits majeurs. Cette position, naturellement fortifiée, a été renforcée par l’installation d’un ouvrage massif, un large fossé suivie d’un haut talus, qui barre sur 600 m de long ce site de confluence.

Ainsi délimité, l’oppidum même occupe une surface d’environ 28 ha. En avant de cet ouvrage, la topographie est nettement plus plane et se présente sous la forme d’un vaste versant qui s’élève selon une pente très douce vers l’ouest. Les terrains situés au sud et à l’est correspondent aux terrasses hautes et basses de l’Allier. C’est sur cet espace non fortifié que se développe, sur environ 40 ha, l’occupation extensive mise en évidence récemment.

Dans la partie nord-ouest, les vestiges renvoient préférentiellement aux domaines religieux et funéraires. Dans la partie sud-est, l’occupation est plus tournée vers les domaines domestiques et artisanaux.

IV – L’ouvrage défensif

La fortification se présente aujourd’hui sous la forme d’une vaste dépression, large de 70 m et profonde de 4 m, suivie d’un talus, ponctuellement conservé sur 8 m de hauteur, qui s’étale sur près de 80 m de profondeur.

Profil actuel et restitué de l’ouvrage défensif
(Y. Deberge, V. Guichard, ARAFA)
Profil actuel et restitué de l’ouvrage défensif
(Y. Deberge, V. Guichard, ARAFA)

Sondage dans la moitié sud du fossé (Y. Deberge, ARAFA)

Un sondage, réalisé sur la moitié de sa largeur (l’autre moitié est située sur des terrains privés non accessibles), a révélé un creusement aux parois abruptes et un fond plat marqué par la présence d’un aménagement dans la partie centrale du fossé (palissade, douve ?). La présence de quelques restes organiques à la base du creusement, dont quelques lentilles d’eau, indique que la partie basse du fossé pouvait être en eau.

Ces observations permettent de tenter une restitution de la forme initiale de l’ouvrage : ce vaste fossé devait, à l’origine, avoisiner les 8 m de profondeur et approcher 30 m de largeur à l’ouverture. Son creusement a permis le dégagement d’une masse de terre considérable (environ 135 000 m³) qui a servi à l’édification du rempart. L’architecture interne du rempart n’est pas connue. Cependant, la découverte de gros blocs calcaires présentant une face de parement, en plusieurs points du site (y compris en remploi dans certaines structures laténiennes fouillées récemment), indique que cet ouvrage a pu avoir un habillage de pierres.

Le seul accès visible à la zone fortifiée correspond à une interruption marquée dans le tracé de l’ouvrage, approximativement au deux tiers sud. Cette entrée, encore utilisée aujourd’hui, est traversée par un chemin vicinal qui se prolonge, en ligne droite, à l’intérieur du site. Il est très probable qu’il reprenne le tracé d’une ancienne voie comme en témoigne l’orientation des vestiges laténiens qui se distribuent, de façon cohérente, perpendiculairement et parallèlement à cet ouvrage, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du site. Une autre voie empierrée, beaucoup plus monumentale, a été récemment mise en évidence en avant l’oppidum. Constituée d’une voie de roulement empierrée de 6 m de large, elle est bordée de part et d’autre de profonds fossés ou tranchées de palissades. Son tracé, repéré sur 400 m de longueur, part en direction de l’oppidum voisin de Gergovie.

La voie monumentale découverte en avant de l’oppidum (J. Dunkley, INRAP)

La voie monumentale découverte en avant de l’oppidum (J. Dunkley, INRAP)

V – La zone interne de l’oppidum

L’espace fortifié n’est connu que par l’intermédiaire de quelques sondages, de taille très réduite, et de prospections au sol. Ces observations confirment la présence de niveaux archéologiques (sols construits et structures en creux) conservés ainsi que leur datation au Ier s. av. J.-C. Les photographies aériennes sont d’un apport bien plus déterminant pour ce qui est de la perception de l’organisation générale des vestiges. Elles mettent en évidence, aux emplacements où la végétation de surface n’empêche pas les observations, une occupation très structurée. Le long de la voie centrale, des axes de circulation installés orthogonalement déterminent des îlots de quelques milliers de mètres carré chacun. Au sein de ces espaces, se distinguent de grandes structures quadrangulaires, d’environ 40 m² au sol, et des vestiges plus ponctuels, généralement circulaires et d’un diamètre limité (1 à 2 m). La fouille conduite à l’extérieur du site permet d’interpréter ces aménagements visibles, de façon spectaculaire, depuis les airs. Palissades, caves et puits semblent consteller la zone interne de l’oppidum.

Vestiges archéologiques perçus par photographie aérienne dans la zone interne de l’oppidum 
(Y. Deberge, ARAFA)
Vestiges archéologiques perçus par photographie aérienne dans la zone interne de l’oppidum
(Y. Deberge, ARAFA)

VI – Un espace à vocation funéraire et religieuse

C’est dans la partie ouest de l’espace « extra-muros », et au nord de la grande voie, qu’a été découvert au cours de l’année 2002, le spectaculaire ensevelissement d’hommes et de chevaux. Dans une fosse rectangulaire, ont été dégagés huit hommes et huit chevaux, identifiés à des cavaliers et leurs montures. Le soin apporté à la mise en place des défunts (sept hommes et un adolescent) et à celles des animaux (tous des mâles adultes) permet d’écarter l’hypothèse d’une sépulture de catastrophe, ce que le nombre pourrait laisser suggérer. Une mise en scène précise a été recherchée. Les chevaux sont installés sur deux rangées dans la partie ouest de la fosse, tête au sud. Les hommes sont disposés, sur deux rangées, dans la partie est de la fosse, tête au sud. Les défunts sont placés sur le côté droit, le bras gauche reposant sur l’épaule du voisin. Aucune trace témoignant d’une mort violente n’a été mise en évidence sur les squelettes. Aucun élément mobilier (pièce de harnachement ou armement) ne vient nous éclairer sur la signification de cet ensemble funéraire particulier.

La découverte de Gondole renvoie à un type de pratiques, situées à la limite du funéraire et du religieux, qui sont assez largement documentées en Gaule interne, bien que sous des formes très différentes. Sur le sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre (Somme), ce sont des éléments désarticulés d’hommes et de chevaux qui ont été regroupés, bien après la mort, dans un vaste ossuaire. Sur le site de Vertault (Côte d’Or), on retrouve cette association d’hommes et d’animaux, et notamment de chevaux. Toutefois, jamais le lien entre les hommes et les chevaux n’est aussi étroit et évident qu’à Gondole.

Dans les champs du possible, l’hypothèse d’une mise à mort collective de clients au décès du puissant qu’ils servaient, pratiques décrites par César dans ses commentaires, peut également être envisagée. « Tout ce qu’on croit avoir été cher au défunt pendant sa vie, on le jette dans le bûcher, même les animaux ; et il y a peu de temps encore, on brûlait avec lui les esclaves et les clients qu’on savait qu’il avait aimé, pour complément des honneurs qu’on lui rendait » (César, Guerre de Gaules, 6, 19). Une dernière hypothèse, serait de voir dans cette sépulture particulière un témoignage des événements qui ont agités la région en 52 av. J.-C. Les fortifications césariennes liées au siège de Gergovie ne se situent qu’à quelques milliers de mètres du site de Gondole…

Depuis, la mise en contexte fourni par l’extension des travaux de diagnostic nous éclaire un peu plus sur la nature de cette découverte exceptionnelle. La datation à la fin de l’âge du Fer, déjà proposée à partir d’une analyse 14C, est confirmée par la collecte d’éléments mobiliers (céramique, amphore, monnaie, fibule…). D’autres fosses du même type ont été repérés en plusieurs emplacements (au moins 19 dans les sondages réalisés). Toutes ne présentent pas cette association particulière d’hommes et de chevaux. Certaines contiennent des bovins, d’autres des caprins. Enfin, des sépultures à inhumation et des enclos fossoyés rectangulaires renvoient à des pratiques funéraires plus classiques.

L’association de ces différents types de vestiges témoigne d’une utilisation mixte de cet espace à la fois dans le cadre de pratiques religieuses et funéraires.

Sépulture d’hommes et de chevaux découverts en avant de l’oppidum
(U. Cabezuelo, INRAP)
Sépulture d’hommes et de chevaux découverts en avant de l’oppidum
(U. Cabezuelo, INRAP)
Sépulture d’hommes et de chevaux découverts en avant de l’oppidum
(U. Cabezuelo, INRAP)
Sépulture d’hommes et de chevaux découverts en avant de l’oppidum
(U. Cabezuelo, INRAP)
Vestiges funéraires découverts dans le même secteur ; enclos quadrangulaires funéraires (?)
(U. Cabezuelo, INRAP)
Vestiges funéraires découverts dans le même secteur ; enclos quadrangulaires funéraires (?)
(U. Cabezuelo, INRAP)
Sépulture à inhumation
(U. Cabezuelo, INRAP)
Sépulture à inhumation
(U. Cabezuelo, INRAP)

VII – Un « faubourg » artisanal de l’oppidum

Au sud de la grande voie, l’occupation est de nature domestique et artisanale.

La zone artisanale dégagée aux abords de l’oppidum (Y. Deberge, ARAFA)
La zone artisanale dégagée aux abords de l’oppidum (Y. Deberge, ARAFA)

Toujours situé à l’extérieur de l’enceinte de l’oppidum, ce « faubourg » de la ville gauloise s’étend jusqu’à la basse terrasse de l’Allier située plus à l’est.

Voie comprenant deux états distincts (Y. Deberge, ARAFA)
 Voie comprenant deux états distincts (Y. Deberge, ARAFA)

Même si ponctuellement on rencontre quelques sépultures réparties de façon éparse sur le secteur, la très grande majorité des structures correspondent à des caves, des puits, des fosses et vestiges artisanaux. La fouille programmée conduite, depuis 2005, sur un peu plus de 3 000 m² au cœur de cet espace, permet une première caractérisation de cette occupation.

A l’image de ce qui est perçu pour la zone interne de l’oppidum, ce secteur apparaît fortement structuré. Les vestiges s’organisent de part et d’autre d’une longue voie empierrée qui se développe perpendiculaire au chemin vicinal actuel qui pérennise très certainement un axe de circulation ancien.

Plusieurs grandes caves, initialement surmontées de bâtiments de bois, sont présentes de part et d’autre de cette voie. Elles occupent une emprise au sol comprise entre 16 et 40 m² et sont toutes pourvues d’une descente d’escalier taillée dans le substrat avec, pour certaine, un emmarchement en pierres. Ces caves comportent un cuvelage en bois destiné à prévenir les éboulements des parois. Leur sol, très plan, est constitué une couche de limon marneux.

Plan d'une cave
Plan d’une cave
Cave avec descente d’escalier (Y. Deberge / ARAFA)
Cave avec descente d’escalier (Y. Deberge / ARAFA)
Cave avec descente d’escalier (S. Foucras / ARAFA)
Cave avec descente d’escalier (S. Foucras / ARAFA)
Reconstitution de la cave
Reconstitution de la cave

Les puits sont également très présents. Leur nombre s’élève à 25 sur les 3 000 m² décapés. Certains d’entre eux comportent les traces d’un cuvelage de bois, dispositif indispensable en raison du caractère meuble du substrat superficiel (sable et grave). Ces structures livrent un abondant mobilier détritique parmi lequel les amphores vinaires, conteneurs encombrant et difficilement réutilisables, figurent en bonne place. Ils livrent ponctuellement des restes organiques conservés (semelle en bois, fragment de seau, spatule en bois, macro-restes végétaux…) qui documentent un aspect de la vie quotidienne généralement peu connue, faute de vestiges conservés.

Quelques trous de poteau, malheureusement mal conservés, marquent l’emplacement de constructions au plan difficilement déterminable.

Rejet mobilier effectué dans un puits (Y. Deberge, ARAFA)
Rejet mobilier effectué dans un puits (Y. Deberge, ARAFA)
Rejet mobilier effectué dans un puits (Y. Deberge, ARAFA)
Rejet mobilier effectué dans un puits (Y. Deberge, ARAFA)
Rejet mobilier effectué dans un puits (Y. Deberge, ARAFA)
Rejet mobilier effectué dans un puits (Y. Deberge, ARAFA)

Les vestiges artisanaux sont, quant à eux, omniprésents avec notamment de très nombreuses fosses destinées à la préparation des argiles. Autres structures emblématiques de la production potière, huit fours ont été mis au jour. Ils sont de plan très standardisé avec deux laboratoires de cuisson circulaires de petite dimension (1 m de diamètre environ) associés à un seul laboratoire de chauffe. Ces fours sont simplement aménagés par creusement dans le substrat graveleux, la paroi interne étant simplement recouverte d’une couche d’argile. Les mieux préservées montre un conduit de chauffe voûté, un laboratoire de cuisson muni d’un ressaut périphérique et une languette destinés à supporter une sole amovible constitué de gros fragments de récipients réutilisés. Les ratés de cuisson compte pour près de la moitié des rejets céramiques collectés sur le site. Les ateliers sont localisés dans certaines des plus grandes caves. L’une d’elle a livré plusieurs outils de potier (des lissoirs en pierre), une autre contenait un récipient céramique, retrouvé en position primaire, rempli d’une préparation rouge destinée à l’enduction des céramiques. Le sol de cette cave était d’ailleurs recouvert de large étendue de ce pigment rouge, indice que cette étape de la production se faisait à cet emplacement. Ces découvertes font échos à celle d’un outil caractéristique du potier, une molette utilisée pour décorer les céramiques avant cuisson, retrouvée lors du diagnostic archéologique conduit par l’INRAP.

Fours de potier (Y. Deberge, ARAFA)
Fours de potier (Y. Deberge, ARAFA)
Détail de l'intérieur d'un four; La languette sert au maintien de la sole
 (Y. Deberge, ARAFA)
Détail de l’intérieur d’un four; La languette sert au maintien de la sole
(Y. Deberge, ARAFA)
Reconstitution des deux fours. Document : L. Andrieu
Reconstitution des deux fours. Document : L. Andrieu

Le mobilier collecté, particulièrement abondant (plus de 120 000 restes pour une masse totale supérieure 4 tonnes), est diversifié (céramique, amphore, faune, quincaillerie, parure, monnaies…). Il permet à la fois de préciser la chronologie de l’occupation, centrée sur les deuxième et troisième quarts du Ier s. av. J.-C. (La Tène D2a, D2b), et de dresser un panorama des activités pratiquées sur le site. À la fois lieu d’habitation et de consommation (en témoigne l’abondant mobilier détritique), ce secteur est surtout marqué par une très forte implication dans la production artisanale Les vestiges mobiliers, outre la production potière, témoigne d’une pratique artisanale diversifiée : manufacture d’objets en fer (scories, chutes et barres de fer, bloc tuyère en pierre), métallurgie des alliages cuivreux (creuset, moules et chutes métalliques) et tabletterie.

La production métallurgique développée à Gondole reste difficilement déterminable (clouterie, tôle en alliage cuivreux ?) à l’inverse de celle de l’atelier de potiers. La céramique produite correspond uniquement à la vaisselle fine, assimilable à la vaisselle de table. L’atelier semble tout particulièrement spécialisé dans les productions engobées, rouges ou blanches. Le répertoire des formes produites dérive en droite ligne des productions indigènes connues aux périodes antérieures (jattes à bord rentrant, formes hautes de forme ovoïde ou carénée, bol à panse carénée…). Suivant un processus engagé au IIe s. av. J.-C., un large emprunt est également fait aux répertoires méditerranéens. Sont reproduites des formes de la campanienne (A et B), des cruches et pichets dérivés de modèles méridionaux et catalans, et, fait nouveau, des récipients qui copient la céramique culinaire italique. Ainsi, à côté des imitations d’assiettes Lamb. 5 ou 6, de bols Lamb. 1, 8, 31/33 sont produites, à Gondole, les premières imitations connues en territoire arverne de plats à enduit rouge interne. Toutefois, ces copies ne sont jamais des retranscriptions fidèles de la forme originale. Elles comportent fréquemment des décors typiquement indigènes faits de lignes lissées (curvilignes, rectilignes, chevrons…) ou d’impressions réalisées à la molette. Ce détournement décoratif et morphologique va de pair avec celui de l’usage de ces céramiques. C’est notamment vrai pour les plats à enduit rouge interne qui, s’ils ont une fonction culinaire certaine dans le monde italique, sont ici destinés aux usages de la table.

Molette de potier 
(U. Cabezuelo, INRAP) 
Molette de potier
(U. Cabezuelo, INRAP) 
Molette de potier 
(U. Cabezuelo, INRAP) 
Molette de potier
(U. Cabezuelo, INRAP) 
Pigments rouge destinés à l’enduction des céramiques (Y. Deberge, ARAFA)
Pigments rouge destinés à l’enduction des céramiques (Y. Deberge, ARAFA)
Lissoirs et polissoirs confectionnés à partir de haches polies réutilisées (Y. Deberge, ARAFA)
Lissoirs et polissoirs confectionnés à partir de haches polies réutilisées (Y. Deberge, ARAFA)
Ratés de cuisson (Y. Deberge, ARAFA)
Ratés de cuisson (Y. Deberge, ARAFA)
Pot contenant du pigment (Y. Deberge, ARAFA)
Pot contenant du pigment (Y. Deberge, ARAFA)
Productions céramiques de Gondole (3D L. Andrieu, ARAFA)
Productions céramiques de Gondole (3D L. Andrieu, ARAFA)
Productions céramiques de Gondole (3D L. Andrieu, ARAFA)
Productions céramiques de Gondole (3D L. Andrieu, ARAFA)
Productions céramiques de Gondole (3D L. Andrieu, ARAFA)
Productions céramiques de Gondole (3D L. Andrieu, ARAFA)

VIII – … lieu de résidence d’une population privilégiée

L’écrasante majorité du mobilier découvert sur le site est de facture indigène et renvoie aux activités domestiques et artisanales.

Instruments de toilette italiques (Y. Deberge, ARAFA)
Instruments de toilette italiques (Y. Deberge, ARAFA)
Fibules (Y. Deberge, ARAFA)
Fibules (Y. Deberge, ARAFA)
Intaille (Y. Deberge, ARAFA)
Intaille (Y. Deberge, ARAFA)
Parure annulaire et boucles de ceinture (Y. Deberge, ARAFA)
Parure annulaire et boucles de ceinture (Y. Deberge, ARAFA)

Toutefois, certains objets « détonnent » par rapport à ce que l’on pourrait s’attendre à trouver sur un site artisanal gaulois. Il s’agit en premier lieu de plusieurs instruments de toilette (palette à fard, spatules en fer, sondes en alliage cuivreux, cure-oreille, cure-ongle…), qui sont des objets typiquement romains.

Ces ustensiles, présents à Gondole aussi bien dans les ensembles de La Tène D2a (vers 80-50 av. J.-C.) que dans ceux de La Tène D2b (vers 50-30 av. J.-C.), sont généralement rares avant la conquête même si on les rencontre ponctuellement sur certains oppida. La vaisselle d’importation et les amphores vinaires figurent également en nombre à Gondole, avec respectivement 170 et 460 récipients identifiés, sur seulement 3 000 m2 fouillés. Les armes, souvent attestées à l’état de fragments sur les sites d’habitat laténiens, sont également bien représentées. A côté d’éléments fragmentaires (deux épées incomplètes, des éléments de bouclier) ont été découverts un casque en fer, quasiment complet, appartenant au type dit de Port, un fer de lance, une possible pointe d’épieu et un gladius. it

Casque en fer pourvu de couvres joues et d’un protège nuque (type Port ; S. Foucras, ARAFA)
Casque en fer pourvu de couvres joues et d’un protège nuque (type Port ; S. Foucras, ARAFA)

Toutefois, certains objets « détonent » par rapport à ce que l’on pourrait s’attendre à trouver sur un site artisanal gaulois. Il s’agit en premier lieu de plusieurs instruments de toilette (palette à fard, spatules en fer, sondes en alliage cuivreux, cure-oreille, cure-ongle…) qui sont des objets typiquement romains. Ces ustensiles, présents à Gondole aussi bien dans les ensembles de La Tène D2a (vers 80-50 av. J.-C.) que dans ceux de La Tène D2b (vers 50-30 av. J.-C.), sont généralement rares avant la Conquête même si on les rencontre ponctuellement sur certains oppida. La vaisselle d’importation et les amphores vinaires figurent également en nombre à Gondole, avec respectivement 170 et 460 récipients identifiés, sur seulement 3 000 m² fouillés. Les armes, souvent attestées à l’état de fragments sur les sites d’habitat laténiens, sont également bien représentées. A côté d’éléments fragmentaires (deux épées incomplètes, des éléments de bouclier) ont été découverts un casque en fer, quasiment complet, appartenant au type dit de Port, un fer de lance, une possible pointe d’épieu et un gladius. Cet ensemble évoque très fortement une panoplie militaire romanisée comparable à celles connues pour certaines sépultures aristocratiques de Gaule du Centre et en Gaule Belgique. L’association avec quelques éléments liés au joug et au char (anneau passe-guide, renfort de caisse de char, bandage de roue) finit de souligner le caractère particulier de cette occupation installée hors de l’oppidum. Trois bagues en fer initialement pourvues d’un chaton décoré et dorées à la feuille trouvent également leur place dans ce contexte privilégié fortement romanisé.

La présence de ce mobilier, relativement exceptionnel, associée à celle des éléments importés abondants et diversifiés permet de poser la question du statut des occupants de ce secteur du site. En se basant sur ces vestiges matériels, on peut supposer que cet ensemble, pourtant situé à l’extérieur de l’oppidum, a été le lieu de résidence d’une population privilégiée, portant les armes, ayant des contacts étroits avec le monde romain : des membres d’une élite guerrière ayant servi dans les troupes auxiliaires probablement au moment de la Guerre de Gaules. L’association de ces vestiges aux témoins d’une pratique artisanale développée montre que cette population privilégiée exerce un contrôle direct sur les activités à forte implication économique. On soulignera que les productions céramiques de Gondole, qui peuvent être associées chronologiquement à cet ensemble particulier de mobilier, comportent, à côté d’un fond indigène très présent, une proportion importante de formes directement issues du monde romain.

Gladius en fer retrouvé sur le sol de l’une des caves (Y. Deberge, ARAFA)
Gladius en fer retrouvé sur le sol de l’une des caves (Y. Deberge, ARAFA)
Pendeloque en bronze à figuration zoomorphe
(Y. Deberge, ARAFA)

Pendeloque en bronze à figuration zoomorphe
(Y. Deberge, ARAFA)
Fibule en bronze à décoration zoomorphe
(Y. Deberge, ARAFA)
Fibule en bronze à décoration zoomorphe
(Y. Deberge, ARAFA)

Les différents travaux conduits, aussi bien dans un cadre préventif que programmé, depuis ces cinq dernières années renouvellent profondément la connaissance que nous avions de l’occupation laténienne de Gondole. Les vestiges découverts témoignent de l’extraordinaire potentiel de ce site parfois considéré comme « secondaire » en regard de ses deux proches voisins que sont Gergovie et Corent.

VI – Campagne de fouilles 2005-2006

Le site de « Gondole », localisé sur la commune du Cendre, est l’un des trois oppida (ville gauloise), avec Corent et Gergovie, identifiés à ce jour dans le bassin clermontois. Il est notamment connu pour son imposante fortification (la ligne de chemin de fer Clermont-Issoire passe dans son fossé) et les découvertes exceptionnelles faites lors d’opérations préventives entre 2002 et 2005 (« tombes aux cavaliers »).

En 2005, une opération de fouille archéologique programmée a été conduite sur une parcelle (propriété du Conseil général du Puy-de-Dôme) immédiatement située en avant du rempart. Elle a permis l’étude du fossé défensif de l’oppidum et la mise en évidence d’une importante occupation à caractère domestique et artisanal.

2006, correspond à la première année de la fouille trisannuelle (2006-2008) qui a pour objectif l’étude, sur environ 5 000 m², de ce faubourg artisanal situé aux portes de l’oppidum gaulois.

Vue générale des travaux de 2006
Vue générale des travaux de 2006

1- Historique du projet

L’oppidum de Gondole est, des trois oppida arvernes localisés au sud du grand bassin clermontois, celui qui reste le plus mal connu du grand public mais aussi de la communauté des chercheurs. Identifié assez récemment à un oppidum gaulois à la suite de premiers travaux exploratoires (Collis 1989), il n’a pas encore fait l’objet d’une étude d’envergure comme cela est le cas depuis ces dernières années pour les sites de Corent (M. Poux) et de Gergovie (T. Pertlwieser).

Les découvertes faites dans le cadre de l’archéologie préventive (diagnostic INRAP sous la direction de U. Cabezuelo de 2002 à 2005) sur les parcelles situées en avant de la fortification (l’une des plus imposantes du monde celtique) montrent pourtant que loin d’être un site secondaire en regard de ces deux voisins, il correspond à un site majeur occupé sur une surface sensiblement équivalente à ces derniers.

Après une campagne de reconnaissance archéologique aux abords même de la fortification conduite en 2005, nous avons entamé en 2006 une campagne de fouille dans un cadre triennal qui a pour objectif l’étude, sur une superficie d’environ 5 000 m², de l’occupation domestique et artisanale mise en évidence sur ce secteur du site. Parallèlement aux fouilles menées sur Gergovie (étude de la fortification gauloise – depuis 2001 – et du sanctuaire gallo-romain – depuis 2006-) et Corent (étude du sanctuaire gaulois et ses abords – depuis 2001), le projet de recherche conduit à Gondole permet de documenter des aspects encore méconnus de la société arverne du Ier s. av. J.-C. ; celles de la forme et de l’organisation de l’habitat, de l’artisanat, de la culture matérielle et des paléoenvironnements. Il a également pour objectif d’apporter des informations supplémentaires (chronologique notamment) pour expliquer la présence de ces trois grands oppida sur un si petit territoire, chose quasi unique à l’échelle de la Gaule.

2 – Moyens et déroulement de l’opération

Ce projet de recherche est autorisé par l’État. Il reçoit le soutien du Ministère de la Culture (DRAC Auvergne), de la Région Auvergne, du Conseil général du Puy de Dôme, de la communauté d’agglomération Clermont Communauté (en 2005) et de la commune du Cendre. Placée sous la direction scientifique de Y. Deberge (Association pour la Recherche sur l’âge du Fer en Auvergne), épaulé de J. Dunkley et S. Foucras, la fouille repose très largement sur la participation de bénévoles, amateurs locaux et étudiants en archéologie (universités de Clermont-Ferrand, Nantes, Lyon, Tours, Strasbourg, Moscou…). En échange de leur participation, les bénévoles reçoivent une initiation aux méthodes de l’archéologie ce qui rentre, pour certains, dans le cadre de leur cursus universitaire. Ils sont hébergés et nourris.

Une partie du personnel d’encadrement est salarié : responsable de la fouille et de secteur, spécialistes… La fouille se déroule au rythme d’un mois à un mois et demi de fouille en période estivale. Les moyens alloués en 2005-2006, sont suffisants pour réaliser la fouille dans des conditions relativement satisfaisantes. Ils sont nettement insuffisants pour pourvoir aux études qui suivent la période de fouille proprement dite (analyse des mobiliers, stabilisation et restauration des objets…).

3 – Résultats de la campagne de 2006

Cette année, 1 800 m² ont été fouillés dans la partie qui avait livré la plus forte densité de vestiges l’an passé. Les structures archéologiques sont nombreuses (puits, fosses, celliers, trous de poteau, caves, fours de potier), de même que les vestiges mobiliers (environ 42 000 objets). C’est surtout sur les aspects concernant l’organisation et la datation de l’occupation que cette campagne apporte des éléments nouveaux.

Organisation générale du site

La fouille montre que la structuration de l’espace repose en grande partie sur la voie dont le tracé a pu être suivi, d’ouest en est, sur environ 60 m. Celle-ci, pour laquelle deux phases d’aménagements ont pu être mises en évidence, détermine l’orientation de tous les autres vestiges (caves, fossés, palissades…). Certaines structures sont implantées en bordure immédiate de cet aménagement ce qui témoigne probablement de l’existence de certaines contraintes (de place ?). Deux autres axes structurants sont révélés par la présence d’alignements de puits aux extrémités est et ouest de la zone décapée. Ils traduisent l’existence de délimitations (limite foncière ou axe de circulation secondaire) qui n’ont pas été matérialisées dans le sous-sol. Les caves mises au jour apparaissent regroupées dans la partie nord de l’espace étudié. Cette organisation, avec trois caves implantées à peu de distance les unes des autres, rappelle le plan en « îlots » observé pour la zone interne de l’oppidum de Gondole : quelques caves sont installées au sein d’un enclos de quelques dizaines de mètres de côté, le même module se répétant plusieurs fois.

Dynamique de l’occupation

Conformément à ce qui avait été proposé à l’issue de la précédente campagne, les deux phases d’occupation comptent un nombre inégal de vestiges mobiliers et immobiliers, la phase la plus récente étant de loin la mieux représentée. On notera toutefois que l’achèvement de la fouille de plusieurs structures a permis de mettre en évidence des utilisations longues, l’état le plus récent masquant ou ayant détruit en grande partie les aménagements plus anciens. La répartition chronologique du mobilier suit la même logique avec une phase récente qui compte un nombre d’objets quatre fois plus important que pour la première phase. On note néanmoins que cette répartition vaut surtout pour la céramique. Si l’on exclue les éléments directement liés à l’activité de production potière, les deux phases d’occupation sont représentées par une masse sensiblement équivalente de vestiges mobiliers. Il faut en déduire que l’activité domestique du site, par ailleurs attestée par le cortège des éléments mobiliers renvoyant à ce domaine, reste constante alors que l’activité artisanale se développe fortement, notamment avec l’installation de l’atelier de potier.

Vestiges immobiliers particuliers

La fouille de cette année confirme l’utilisation majoritaire de la construction sur cave. Trois grandes caves, d’une emprise au sol d’environ 35 m² chacune, ont ainsi pu être dégagées en 2005-2006. Ces vastes aménagements ne trouvent de parallèles qu’au sein des plus grands oppida de Gaule interne (Bibracte, Villeneuve-Saint-Germain…). L’achèvement de la fouille de l’une de ces structures a été l’occasion de proposer, pour le grand public, une première reconstitution architecturale in situ de l’un de ces aménagements.

Les celliers sont également nombreux de même que les puits à eau. Ces derniers offrent l’opportunité, par les conditions de préservation favorables qu’ils présentent (milieu humide), de collecter des vestiges en matière organique : objets en bois, tissus, cordages, graines, pollens… La fouille de 2006 a d’ailleurs permis la découverte d’un seau bois, malheureusement très mal préservé.

Activités mises en évidence

Les mobiliers nous permettent de dresser sommairement le panel des activités pratiquées sur le site. L’écrasante majorité du mobilier renvoie à la sphère domestique : céramique de stockage, culinaire et de table, rejets de faune consommée, plaques de foyer et soles démantelées ou en place, torchis, petit outillage domestique (pelle à feu, seau en bois, couteau, rasoir, force…), objets de parure usagés, navette en os (tissage) et meules rotatives… Les éléments attestant la présence de constructions sont également très nombreux (clous, rivets, crampons, clé…).

Les vestiges liés à l’artisanat sont diversifiés mais très variablement représentés d’un point à l’autre du site. Une activité de forgeage du fer est attestée par la présence d’outil, de chutes de fer et de déchets. L’artisanat potier est signalé par la présence de fours de potiers (7 laboratoires de cuisson), de très abondants ratés de cuisson rejetés dans des tessonières (22 823 restes) et de quelques outils. Une activité de tabletterie est attestée par la découverte de quelques déchets liés à la fabrication d’anneaux en os et de fragments de bois de cervidés sciés. La métallurgie des métaux fusibles (bronze et plomb) est signalée par la présence de chutes et déchets (gouttes de bronze, tôles découpées et martelées, jets de coulée…) retrouvés en position secondaire. L’atelier associé à ces déchets n’a pas été localisé.

Découvertes particulières

Enfin, certains d’objets « détonnent » par rapport à ce que l’on pourrait s’attendre à trouver sur un site artisanal gaulois. Il s’agit en premier lieu de plusieurs instruments de toilette –palette et spatules à fard, miroir…- que l’on associe à plusieurs nodules de pigments ocre, rouge et rose – cosmétiques-. Les armes sont également bien représentées mais souvent présents à l’état de fragments à l’image de ce que l’on a coutume de rencontrer sur les sites d’habitat. À noter toutefois la découverte d’un casque en fer, quasiment complet, appartenant au type Port (6 de casques de ce type sont connus en Europe). Sa mise au jour, dans un secteur du site qui a par ailleurs livré deux fragments d’épée, un fer de lance et une hache-herminette (plus proche du piochon), évoque très fortement une panoplie militaire comparable à celle connues dans certaines sépultures aristocratiques de Gaule interne. Les pièces d’armement (toujours très fragmentées à l’image de ce que l’on observe sur les habitats) et quelques éléments liés au harnachement, au char et au joug (boucle de sous-ventrière, anneau passe-guide, renfort de caisse, bandage de roue) sont également présents dans d’autres secteurs du site. Pour finir, on notera la découverte de trois bagues en fer (toujours incomplètes) pourvues initialement d’un chaton décoré (conservé pour deux d’entres-elles) et dans deux cas partiellement (totalement ?) dorées à la feuille.

La présence d’un mobilier relativement exceptionnel associée à celle d’un mobilier d’importation abondant et diversifié permet de poser la question du statut des occupants de ce secteur du site. En se basant sur ces vestiges matériels, on peut supposer que cet ensemble, pourtant situé à l’extérieur du site, a accueilli une population relativement privilégiée (un aristocrate guerrier ayant servi comme auxiliaire dans l’armée romaine ?). L’association de ces vestiges aux témoins d’une pratique artisanale développée souligne le contrôle exercé par les élites sur ces activités à forte implication économique.

Synthèse provisoire

Cette première année de fouille de ce programme triennal permet de confirmer la mobilisation importante des abords de l’oppidum qui apparaissent, au moins pour la partie explorée, comme très structurés. La forme de l’occupation mise en évidence semble peu différer de celle perçue, essentiellement à partir des clichés aériens, pour la zone interne de l’oppidum. La typologie des vestiges présents (caves surmontées de construction, bâtiment sur poteaux, puits, fosses, sol construit, voie…) renvoie à un mode d’occupation que l’on a coutume de rencontrer sur les sites proto-urbains de type agglomération ouverte ou oppidum. Ici, ce « quartier » de la ville gauloise semble plus particulièrement tourné vers la production artisanale, faisant de ce secteur un véritable faubourg artisanal du site de Gondole. Sa présence hors de l’espace fortifié permet de poser la question de la définition même des limites de l’oppidum.

Concernant la chronologie de l’occupation, sa durée limitée dans le temps, de même que son attribution à La Tène D2 (entre 80 et 30 av. J.-C.), se trouvent renforcée par les mobiliers mis au jour au cours de la campagne 2006. L’analyse, qui repose sur un échantillon qui s’étoffe progressivement (47 monnaies, 289 amphores, 117 récipients d’importation, 19 fibules…), nous permet de proposer un terminus post quem aux années 80/70 av. J.-C. pour le début de l’occupation (présence de Dressel 1B, d’un as républicain frappé en 86 av. J.-C., de fibules attribuables à La Tène D2…) et un terminus ante quem aux années 30/20 av. J.-C. pour l’abandon du site (absence d’amphores, d’objets de parure, de vaisselle d’importation et de monnaies attribuables à la période augustéenne…) avec deux phases d’occupation qui se signalent par des mobiliers indigènes très distincts (La Tène D2a et La Tène D2b).

Valorisation et diffusion des résultats

Comme en 2005 (journées portes ouvertes, conférence publique au Cendre…), les résultats de la campagne de fouille de 2006 ont fait l’objet d’une diffusion auprès du grand public. Initialement, il avait été prévu d’effectuer des visites commentées à cadence hebdomadaire. Cela n’a pas été possible faute de moyens pour mettre en place un balisage et une signalétique sur le site.

Les principales actions en direction du grand public en 2006 ont été :

  • la mise en place de panneaux explicatifs sur les objectifs et résultats de la fouille conduite à Gondole ;
  • des visites guidées sur rendez-vous ;
  • une journée portes ouvertes réalisée en fin de fouille : environ 500 visiteurs ;
  • la reconstitution in situ de l’une des caves ;
  • la mise en ligne des résultats sur internet ;
  • trois présentations publiques en mars 2007 (environ 250 auditeurs).

4 – Projet 2007

Le projet engagé en 2006 va se poursuivre en 2007 sans grand changement de méthode ; l’objectif reste de pouvoir disposer, à terme, d’un espace étudié suffisamment grand (5000 à 6000 m²) pour tenter une analyse spatiale des vestiges mobiliers et immobiliers. Les moyens humains consacrés à la fouille vont être accru avec un allongement de deux semaines de la période de fouille et un recrutement plus large des bénévoles.

Nous proposons également, si les moyens sont suffisants, de procéder à la fouille complète de certains puits dégagés en 2005-2006. Ce type de fouille, qui nécessite des terrassements importants pour la mise en sécurité, sera conduite aux emplacements déjà fouillé en 2005-2006. La fouille de ces structures devrait permettre la découverte d’objets en matériaux périssables (bois, cuir, tissu…).

Les résultats de l’opération archéologique feront l’objet d’une présentation au public :

  • sur site : par des visites commentées à cadence hebdomadaire ; par l’accueil de groupes sur rendez-vous (y compris scolaires, d’où l’allongement de la période de fouille sur le mois de septembre) ; par l’organisation d’une journée portes ouvertes (en fin de campagne) ;
  • après la période de fouille : lors de conférences grand public ; site web…
Quelques découvertes faites en 2006
Quelques découvertes faites en 2006

Une réflexion sur “Le Cendre (63) – Oppidum de Gondole

Commentaires fermés.